Chacha VIII – La présentation au roi du Dahomey

Une fois choisi comme chef de la Famille De Souza, Honoré Julião Feliciano de Souza a été conduit en la présence du roi Agoli-Agbo Dédjahagni pour revendiquer le titre de Chacha. La rencontre a eu lieu dans le palais privé du roi, aux alentours d'Abomey, le 5 octobre 1995.

La délégation d'Ouidah était composée d’une quinzaine des personnes, parmi lesquelles se sont détachées Marcelin de Souza, le plus ancien de la famille, Noël Feliciano, le représentant de la branche de la famille établie dans le Togo, et les tassinons, comme sont appelées les femmes les plus âgées de la famille.

Ils ont été reçus dans une salle de séjour meublée d'un sofa pour le roi, d’un autre pour les invités principaux ainsi que plusieurs fauteuils, disposés en demi-cercle, pour les autres invités. Deux ministres du roi ont prit place sur des nattes devant le sofa royal et le restant de la cour de Chacha se plaça au fond de la pièce, à côté de la presse.

La salle de séjour est large et luxueuse par rapport aux modèles locaux et la décoration et les meubles sont disposés comme dans les maisons riches au Bénin. Les murs sont peints de couleur bleu céleste, décorés avec plusieurs photos qui montrent le roi dans diverses situations et des photos du Pape João Paulo II, en plus d'un tissu traditionnel avec des décorations qui représentent les rois d'Abomey, huit calendriers publicitaires et une statuette de la Vierge Catholique, accrochée bien au-dessus du sofa du roi.

Agoli-Agbo a fait son entrée solennelle accompagné de plusieures femmes, lesquelles se sont assises par terre, à ses pieds. Vêtu avec un grand pagne contournant son épaule, avec la casquette traditionnelle en forme de calota, il avait une chaine en or au tour du cou, un bracelet et le filtre de nez fait d'argent, qui représente l’emblème des rois d'Abomé depuis le successeur de Béhanzin. Après l'arrivée du roi, quand tous s’étaient installés, les femmes du roi ont offert un calice plein d'eau à Chacha. Il a bu une petite gorgée et l’a passé à Marcelin, à Noël Feliciano et à Generosa de Souza (nom de mariée Sagboram), la tassinon qui était à son côté dans le sofa. Après les souhaits de bienvenues prononcés par le Migan, le ministre principal, au nom du roi, Monsieur Marcelin et le Chacha, soutenus par deux tassinons, se sont alors agenouillés devant le roi et le plus vieux d’entre les De Souza a dit, dans la langue fon:

“Voici celui que nous mettrons sur le trône de Chacha et que nous conduisont au roi pour qu’il s’occupe de lui et pour qu’il le bénisse. Son nom est Honoré Feliciano de Souza. C'est celui-ci que nous mettrons sur le trône.” 

Il a pris les deux mains de Honoré et il les a mises entre celles du roi. Celui-ci a murmuré quelques mots et Il a craché dans les mains du futur Chacha qui les a passées par la tête. À ce moment là, le roi a dit solennellement:

“Rien ne le touchera pour lui faire du mal.”

La famille a dit:

“Amen!”

La délégation d'Ouidah a repris sa place et le porte-parole du roi, parlant au nom de Marcelin de Souza, a dit dans la langue fon:

“Le plus vieux de la famille De Souza vous salue, roi et ami de notre père. C'est à cause des liens d'amitié qui unissent les deux familles que nous sommes venus pour présenter celui qui sera notre chef. Nous ne pouvons pas faire cette présentation sans dire quelque chose. Parmi nous, nous l’appelons l'ami : “Ami, vient boire la boisson”. Nous sommes heureux que le roi ait béni notre chef. C'est pour cela que nous lui offrons quatre bouteilles de liqueur, une bouteille de Dubonnet, pour signifier que c’est le roi Guêzo qui m'a aidé dans son royaume et a élevé mon nom.  Nous lui offrons une bouteille de rhum Saint-James, deux bouteilles de gin Heinneken et une enveloppe d'argent. Tout ceci pour saluer le roi pour sa bénédiction”.

Le roi dit:

“Je vous remercie. Vous trouverez cent fois plus que ce que vous m’ offrez. Le roi Guêzo vous regardera”.

Le porte-parole du roi, parlant toujours dans la langue fon, mais cette fois-ci au nom du Chacha:

“Le Chacha dit qu'il est venu ici, il a vu les autres dignitaires avec le roi. Il ne peut pas les oublier. Il offre donc en donation 1.000 FCFA. Et il ne peut pas oublier les Dah et Tata, pour cela il donne1.000 FCFA. Assogba qui est à côté de Mitô a dit qu'il était le messager entre le roi et le Chacha et que c’est grace à lui que les amitiés se sont solidifiées, alors il ne peut pas venir ici sans dire quelque chose. Il fait donc le don de 2.500 FCFA. Il fait le don encore de 1.000 FCFA au Voudungan”.

Et il ajoute:

“Le roi les remercie. Tout ce que vous avez fait apporte la preuve que vous connaissez vraiment l'histoire”.

Le roi reprend la parole:

“Nous serons avec vous le jour de la cérémonie. Quoi qu’il se passe, rien ne vous dérangera”.

Le porte-parole met alors fin à l'audience:

“Votre Majesté Dédjahagni Agoli-Agbo, successeur des anciens rois du Dahomey, le président du conseil d’administration de la Famille Royale d’Abomey souhaite un bon retour à tous les descendants de la famille De Souza, de leurs familles alliées, et il veut que les cérémonies d’intronisation se passent selon le rituel qu’ils connaisent et que tout se déroule en paix. Il souhaite que le jour où vous viendrez au Palais Honmè Songbodji du roi Guêzo pour recevoir les distinctions liées à cette fonction dans la cour des rois d’Abomey, que cette date soit communiquée le plus rapidement possible à la cour pour que nous prenions toutes les dispositions pour donner à cet événement l’importance qu’il mérite. Je vous remercie”.

Tout le monde se lève et le journaliste de la télévision prend les devants, en questionnant indirectement le roi, en fon:

"Les amis, les descendants de l'ami intime et juré du roi Guêzo sont venus voir le successeur du roi Houégbadja pour montrer le ‘kpoge’. Ils sont très nombreux, actuellement ils occupent un quartier ou plus. Ils sont venus en connaissant l'histoire, ils ont eu la bénédiction du roi. Si nous pouvions entendre la voix du roi, cela serait bien”.

Le roi répond:

“C’est vrai ce que vous avez dit. Tous ceux qui ont étudié dans ce pays doivent savoir comment était l'amitié entre le roi Guêzo et le Chacha. Ils savent aussi ce que le roi Guêzo et le Chacha disaient entre eux, cela est chanté et raconté. Si les enfants ont écouté l'histoire et ils ont décidé de perpétuer la tradition, c’est une bonne chose. Ils constituent ce que les intellectuels appellent la diáspora. Pour résoudre un problème aujourd'hui à Ouidah, on ne peut pas ignorer les De Souza. S'ils disent qu’ils vont continuer à honorer son ancêtre au Dahomey, comme par le passé, il est nécessaire de les bénir pour qu’ils aient la paix au nom du roi Guêzo et des anciens Chachas. Et Singbomey rencontrera à nouveau sa gloire du passé. Le nouveau Chacha unifiera la famille et il y aura la paix”.

La famille dit encore une fois “Amen”, avant que le journaliste ne pose une dernière question au roi:

“Ils sont venus pour montrer le 'kpoge'. Pouvont-nous dire qu'il est accepté par le roi?”

Le roi dit:

“On ne peut plus poser cette question. J'ai déjà dit et j'en ai été clair que ce jour-ci nous serons avec nos amis du roi Guêzo, et que tout sera fait dans le bonheur”.

Le roi, leurs femmes et leurs ministres se lèvent et Ils se dirigent vers la sortie, suivis par la délégation du Chacha. Une femme maintient un parasol décoré avec les symboles des anciens rois d’ Abomey, au dessus de la tête du roi, qui accompagne le Chacha jusqu'à la grande porte d’entrée du patio royal, sous le regard attentif des caméras de télévision. À l'extérieur, les journalistes attendent déjà. Le Chacha VIII parle alors pour la première fois dès son arrivée au palais. En français, il déclare:

“Je serais intronisé Chacha le 7 octobre, autrement dit, dans deux jours. La famille a décidé de m’amener pour voir le roi, pour lui montrer qui sera le chef de la famille. Je pense à travailler avec dignité, faire la famille plus forte”.


Chercher:

  • Honoré Feliciano de Souza e sua comitiva. A delegação de Uidá era composta por uma quinzena de pessoas, entre as quais Marcelin de Souza, Noel Feliciano, um representante do ramo Togo e as tassinons - 5 de outubro de 1995 - Abomé, Benim

    Honoré Feliciano de Souza e sua comitiva. A delegação de Uidá era composta por uma quinzena de pessoas, entre as quais Marcelin de Souza, Noel Feliciano, um representante do ramo Togo e as tassinons - 5 de outubro de 1995 - Abomé, Benim

  • No primeiro plano, Honoré Feliciano de Souza e sua esposa, logo atrás, Noel de Souza e, meio encoberto, Marcelin de Souza, vestindo uma suntuosa iorubana - 5 de outubro de 1995 - Abomé, Benim

    No primeiro plano, Honoré Feliciano de Souza e sua esposa, logo atrás, Noel de Souza e, meio encoberto, Marcelin de Souza, vestindo uma suntuosa iorubana - 5 de outubro de 1995 - Abomé, Benim

  • Mais de um século depois da execução de Julião, seu neto compareceu diante da corte de Abomé para ser apresentado ao neto do rei Glèlè como aquele que a família designara como Chachá. O reencontro teve lugar no palácio privado do rei Agoli-Agbo Dédjahagni, nos arredores da antiga capital fom - 5 de outubro de 1995 - Abomé, Benim

    Mais de um século depois da execução de Julião, seu neto compareceu diante da corte de Abomé para ser apresentado ao neto do rei Glèlè como aquele que a família designara como Chachá. O reencontro teve lugar no palácio privado do rei Agoli-Agbo Dédjahagni, nos arredores da antiga capital fom - 5 de outubro de 1995 - Abomé, Benim

  • Uma vez escolhido chefe da Família De Souza, Honoré Julião Feliciano de Souza foi levado à presença do rei Agoli-Agbo Dédjahagni para reivindicar o título de Chachá - 5 de outubro de 1995 - Abomé, Benim

    Uma vez escolhido chefe da Família De Souza, Honoré Julião Feliciano de Souza foi levado à presença do rei Agoli-Agbo Dédjahagni para reivindicar o título de Chachá - 5 de outubro de 1995 - Abomé, Benim

  • O rei Agoli-Agbo Dédjahagni e suas acompanhantes - 5 de outubro de 1995 - Abomé, Benim

    O rei Agoli-Agbo Dédjahagni e suas acompanhantes - 5 de outubro de 1995 - Abomé, Benim

  • O rei Agoli-Agbo recebe cerimonialmente Honoré Julião Feliciano de Souza e sua comitiva no salão de seu palácio particular em Abomé. Ao lado do Chachá, o sr. Marcelin, ambos secundados por duas tassinons - 5 de outubro de 1995 - Abomé, Benim

    O rei Agoli-Agbo recebe cerimonialmente Honoré Julião Feliciano de Souza e sua comitiva no salão de seu palácio particular em Abomé. Ao lado do Chachá, o sr. Marcelin, ambos secundados por duas tassinons - 5 de outubro de 1995 - Abomé, Benim